Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2012

Quand Europe rime avec dictature et mépris des peuples

Cet article a fait l'objet d'une ppublication sur 24heuresactu.com

Drapeau_Euro-dictature.svg.png

La solution à la crise de l’Euro(pe)? Le Fédéralisme bien sûr. La "modifications des traités" et les "transferts de souveraineté". Supprimer la règle d'unanimité qui bloque tout, et instaurer une "gouvernance" unique de l'"Euroland". Tout le monde est d’accord, de gauche à droite, de Berlin à Paris, de BFM à Libération. Evidemment.

Le problème c’est que les pays européens sont encore officiellement des régimes démocratiques. Or lorsque l'un d'eux ose encore demander l'avis de son Peuple sur l’Union européenne, via référendum ou élection (que des gros mots), celui-ci a désormais la fâcheuse manie de dire "non"… Mais il est vrai qu'il est angoissé le peuple, il a peur, il est ignorant de certaines réalités, il ne peut pas comprendre le peuple (c'est pour cela qu'il faut sans relâche faire œuvre de "pédagogie"), et puis il ne parle même pas anglais le peuple, alors vous imaginez... bref il vote mal. Donc que faire? Eh bien c'est simple, ne plus lui demander plus son avis.

"Mise sous tutelle" des pays, abandon de référendums, d'élections, et démission de gouvernement "sous la pression de Bruxelles", puis "nomination" de "gouvernements de technocrates" sous cette même "pression de l'Europe", sans même parler des "directives", des "engagements", ou de la "Primauté du droit communautaire"… Jusqu’ou ira–t-on dans le reniement de la démocratie avant d’ouvrir les yeux sur la réalité despotique de ce soit-disant projet européen ?

L’Europe doit être une coopération volontaire sur des sujets transnationaux (le commerce, les flux migratoires, les taux de change) entre des Etats libres. C’est cela la seule « Europe politique » pertinente et souhaitable. Nous ne voulons pas d'un Etat supranational, c'est à dire d'une logique d'Empire ou les décisions nous sont imposées. Ni nous, ni les allemands, ni les anglais, ni les italiens, ni les irlandais, ni les grecs, ni les polonais, ni personne!

Nous savons tous trop, nous les plus vielles nations du monde, ce qu'est le prix de la liberté et de la démocratie. César, Napoléon, Hitler, Staline et les autres, nous ont appris que la liberté est du coté de la Nation, et l'asservissement du coté de l'Empire. Faire croire que l'on pourrait consentir à se déposséder de ce bien si chèrement acquis - le "droit d'un peuple à disposer de lui-même" (article 1 de la charte des Nations-Unies!) - au nom de l'Europe, de la Mondialisation, ou de quelque autre fatalité bien utile, est un leurre doublé d'un mensonge irresponsable auquel il est grand temps de mettre un terme. Il est encore possible de le faire pacifiquement et dans l’intérêt de tous.

Si l'Europe persistait dans son entreprise de mise sous tutelle des pays qui la constituent, ce serait contre le gré des nations, Or "il n'est point, à la longue de régime qui puisse tenir contre les volontés nationales." 1

 

1 Charles De Gaule, Mémoires de Guerre. Le Salut. 1944-1946. Paris, Plon, 1959

 

Le scribe

02/11/2010

TF1 et la télé-opium : le vrai coupable c'est nous

 Cet article a fait l'objet d'une ppublication sur 24heuresactu.com

télé.jpg

M. Montebourg a raison sur la nature profondément abêtissante de la majorité des programmes de télévision, programmes qui ne sont malheureusement pas l'apanage de tf1. Mais il se trompe de coupable.

Personne n'oblige personne à regarder tf1. La télévision occupe le temps de cerveau disponible parce qu'il est disponible pour la télévision. Nous nous laissons endormir parce que nous le voulons bien. Fermez la télévision, allez sur Internet, lisez un bon livre, faites l'effort d'aller chercher vous-même l'information, de vous cultiver, de vous élever.

La télévision n'est que le miroir de nos faiblesses et de nos bas instincts, qu'elle flatte, et qui en redemandent. Une drogue à grande échelle à laquelle la société entière se shoote, et qui la détourne de toute pensée politique, au sens premier du terme. Mais cela est tout sauf nouveau, « du pain et des jeux » est le programme politique, au sens déformé du terme, le plus vieux du monde.

Le responsable, c'est nous-même, enfants trop gâtés d'un monde presse-boutons en quête insatiable de sensations immédiates. La télévision est un problème, oui. Mais ce n’est que la traduction contemporaine d’un autre problème, autrement plus grave: la capacité des hommes à se laisser endoctriner. Rien ne sert de retirer notre temps de cerveau disponible à une télévision de droite si c'est pour le donner à un démagogue de gauche qui va savamment utiliser ce symptôme de notre époque pour faire croire qu’il va tout changer s’il est élu.

Citoyens, le premier de vos droits, le premier de vos devoirs, c’est de couper cet écran qui pense à votre place, et de relire L’esprit des lois, Les misérables et 1984, et de commencer à réfléchir par vous-même. Alors  vous verrez que nous n’aurons plus grand chose à craindre des endoctrineurs de toutes sortes, qu’ils soient tycoon des medias ou politiciens beau parleurs, et qu’ils devront nous proposer des objets intellectuels autrement plus intéressants et pertinents pour parvenir à capter ne serait-ce qu’une minute d’attention de la part de cerveaux devenus nettement moins disponibles.

Le scribe