Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2017

Macron, ce vote extrême.

Ce qui est extrême c’est ce qui va le plus loin possible, c’est la dernière marche, c’est ce après quoi il n’y a plus rien de concevable. C’est le point ultime.

Macron_extreme.png

Le libéralisme économique est né au XVIIIe siècle et n’a cessé depuis de progresser par l'application du concept de liberté aux activités économiques, traditionnellement régentées et contrôlées. Le libéralisme a atteint un point culminant à la fin du XXe siècle avec la mondialisation, pour depuis connaitre une stagnation rythmée par le hoquet des crises financières à répétition et dont témoigne en particulier le ralentissement progressif des échanges internationaux.

Le "moment Emmanuel Macron" arrive au bout de ce processus. Macron est le fruit de ce libéralisme extrême qui nous englobe et que nous ne voyons même plus. Habile banquier d’affaire biberonné aux vertus de l'économie de marché et du libre-échange, élevé au sacro-saint principe de la maximisation de la valeur pour l'actionnaire, il synthétise à lui seul la financiarisation de l’économie, qui est elle-même le stade ultime du libéralisme, sa virtualisation en quelque sorte.

 

"(...) élevé au sacro-saint principe de la maximisation de la valeur pour l'actionnaire, il synthétise à lui seul la financiarisation de l’économie, qui est elle-même le stade extrême du libéralisme "

 

Qu'il le veuille ou non, Macron est l'enfant de l'extrême finance, de l’extrême mondialisation, de l’extrême dérégulation, et partant, de l’extrême précarisation du travail, de l’extrême délocalisation, de l'extrême inégalité sociale, et de la ploutocratie sans frontières comme mode de gouvernement efficace et légitime de l'économie et donc des hommes. Macron c’est le culte du profit, c'est la réussite individuelle et matérielle instituée comme l'alfa et l'omega de la politique et de la vie, au moment même où la crise existentielle de notre société se fait partout plus prégnante. Macron c’est l’uberisation pour tous, parce que c'est "Money über alles."

Dans ce même mouvement jusqu'auboutiste, Macron c'est logiquement l’extrême vassalisation à l’Amérique, l’extrême soumission à Bruxelles, et l’extrême dilution de la Nation. C’est surtout l’extrême abandon du sens, c’est même la renonciation finale à la possibilité d'un sens face à la toute puissance de l’argent-roi ; Emmanuel Macron est le rictus séduisant que prend l’ultime spasme d’un monde agonisant. Ce monde malade qui est le notre, et que nous avons tellement peur de perdre.

Voter Macron, c'est s'accrocher à la dernière branche. C'est dire oui à toutes les raisons qui font que notre société et notre pays vont très mal, à tout ce qui a justement abouti dimanche soir à au rejet massif et brutal des deux grands partis politiques qui nous gouvernent depuis 40 ans. Vous croyez les avoir chassés tous les deux ? Eh bien les voici qui reviennent par la fenêtre! Tous les deux ensemble, et dans de beaux habits frais! Enfin débarrassés de cette encombrante distinction droite/gauche qui les empêchait de tourner en rond dans le bocal de votre télévision. Alléluia ! Merci Emmanuel ! Tu es bien l’élu ; voici venu le temps final et béni de la grande synthèse libéralo-socialo-démocrate tant espérée par tous ceux qui font semblant de se détester à longueur de débats télévisés avant d'aller diner tous les soirs ensemble.

 

"Emmanuel Macron est le rictus séduisant que prend l’ultime spasme d’un monde agonisant. Ce monde malade qui est le notre, et que nous avons tellement peur de perdre."

 

Oui merci Manu. C'est vrai qu’elle devenait difficile à jouer, la comédie de l'alternance. Elle commençait même à avoir un petit peu honte d’elle-même. C’est que tout le monde a déjà retourné sa veste tellement de fois. Ça devenait gênant; on ne pouvait même plus présenter quelqu'un avec une étiquette PS ou LR à la télé sans qu’on lui jette d’emblée des tomates et qu'on le traite de pourri. Regardez Hollande, il avait tout d'un type inoffensif en apparence, c'était un vrai monsieur-tout-le-monde comme on fait plus, et cinq ans après, patatra, il est à 4% d'opinion favorable. Inutilisable. Bon à jeter! « On a plus personne ! » se lamentaient-ils en chœur aux diners du Siècle ou aux soirées de l'Arop… C’est alors qu’un petit monsieur en costume gris a dit : « Attendez, j’ai peut-être une idée ».

Macron c’est l’extrême indigence du langage, c’est l’extrême prostitution des mots, c’est le règne total du slogan. Et la défaite de la pensée. C'est la victoire définitive de la communication. Avec Macron, vous pouvez enfin voter pour la gueule, pour la petite phrase, pour le Show quoi ! Macron c’est ce système que vous haïssez, poussé à son comble, ce système que vous rejetez de toutes vos forces et dont vous ne pouvez vous passer.

Ce sont toutes les logiques mortifères qui sapent notre société jour après jour poussées à leur maximum, c’est l’homme sans passé, sans histoire, sans famille, sans convictions, sans appartenance et sans colonne vertébrale, c’est l’ectoplasme politique manipulable à souhait, à l’image du consommateur manipulable que nous sommes. C’est la nouvelle série télé qu’on donne à bouffer tous les 6 mois aux télémoutons spectateurs. C’est le Nabila de la politique, le produit fini et bien glacé des pages people, l’aboutissement de 30 ans de décérébration méthodique de la société française. Macron est une fabrication télévisuelle faite pour plaire au plus grand nombre de téléspectateurs, de façon à continuer à formater du temps de cerveau disponible pour Coca-Cola, l’Europe formidable, l’immigration géniale et la mondialisation heureuse. Hop Hop Hop, il ne faut surtout pas que le manège s’arrête ; Que le spectacle continue !

 

"Macron c’est l’extrême indigence du langage, c’est l’extrême prostitution des mots, c’est le règne total du slogan. Et la défaite de la pensée. "

 

Macron c’est l’extrême lâcheté, le ni-ni, l’absence de tout engagement, de tout courage, l’extrême démagogie, l’extrême clientélisme, l’extrême girouette. N’ayez pas peur mes amis, je vous dirais ce que vous avez envie d’entendre ! Toujours ! Même si vous changez d’avis tous les jours. Tant mieux si vous changez d’avis tous les jours ! Je suis déjà d’accord avec vous ! Je m’en fous, comme vous ! Je vous aime !

Macron c’est l’extrême continuité parce que c'est l'extrême vacuité. Vous croyez que je suis le renouveau? Mais si j’ai été choisi par tous les routiers du système, c’est justement parce que je ne suis rien, que je ne suis qu’un masque. Derrière moi, bien cachés en file indienne et la main sur la couture vous avez tout le vieux monde ; tous les pouvoirs bien établis de la finance et des médias qui tiennent et gangrènent ce pays depuis des décennies. Vous ne les voyez pas? Attendez je me pousse un peu : Attali, BHL, Minc, Niel, Drahi et tous leurs copains du CAC 40, Rothschild et toute la finance, Cohn Bendit, Pierre Bergé, Valls, Hollande... et toute la clique des vieux singes qui se gavent depuis si longtemps qu'ils ne peuvent plus s’arrêter. Vous voulez voter pour que ça change ? Votez Macron !

Macron c’est l’extrême imposture, celle qui supplante tous les stratagèmes politiques imaginés depuis 30 ans, qui les surpasse de la tête et des pieds en riant de leur manque de culot et leurs scrupules imbéciles. Plus c’est gros plus ça passe. C’est si simple de raconter n’importe quoi. Regardez moi ! Je ne suis rien, je n’ai rien fait dans la vie, je n’existerais pas sans ma bonne gueule et la télévision, Mais c’est justement la télévision qui me donne vie à moi, l’homme-écran. Je suis le produit politique 2017 labellisé « vu à la télé » comme sur les tubes de colles chez Brico! C’est bon, vous pouvez m'acheter sans crainte de vous tromper. « Élu produit de l'année» je vous dis. Je n’existe que parce que je ne suis rien, parce que je suis une coquille vide, une image de synthèse, une couverture de magazine qui parle. C’est le système que vous haïssez qui me donne vie. Vous le savez et vous votez pour moi. Je vous aime! Je suis l’image de votre propre vie, de votre propre vide.

 

"Mais si j’ai été choisi par tous les routiers du système, c’est justement parce que je ne suis rien, que je ne suis qu’un masque."

 

Dans la situation extrême où se trouve notre monde, au bord du gouffre, victime de tous nos excès, voulez-vous le pousser encore un peu plus loin ? Voulez-vous nous achever ? Dans ce cas, soyez cet extrémiste qui vous hante et votez Macron. Votez pour le produit pur et parfait de la machine médiatico-politique qui vous entube si bien.

Si bien qu’elle réussit à nous faire croire que le débat politique en France pourrait se résumer à une bataille entre bons et méchants. Ce manichéisme qui est le niveau zéro de l’argumentation et qui s’étale à la une de nos journaux en dit suffisamment sur l’abêtissement général de notre pays. C’est tellement plus facile de savoir pour qui voter quand on a le choix entre le petit chaperon rouge et le grand méchant loup. Allez, racontez-nous encore des histoires ! Jusqu’au bout de la nuit !

Jusqu'au bout, vraiment ? Le réveil risque d'être un peu difficile.

Alors, vous tous français d’ici et d’ailleurs qui avez encore une once d’esprit critique, demandez-vous bien où est l’extrême dans cette élection.

 

Le Scribe